Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2011

Montaigne ou Dieu que la femme me reste obscure.

Texte paru à l' AVANT-SCENE théâtre en 1992 - n° 909 - sous le titre,

" Parce que c'était lui, parce que c'était moi."

N° spécial consacré à l'auteur )

princes-ailleurs.jpg 

L'action se situe dans les dernières années de la vie du grand humaniste lequel nous est montré entouré de sa femme Françoise de la Chassaigne et de sa fille d'alliance Marie de Gournay Le Jars. Pièce intimiste par excellence dans un style aux répliques savoureuses, l'histoire d'une solitude celle de l'homme qui fait passer l'écriture avant tout et duos successifs entre Montaigne et Françoise, Montaigne et Marie. 

L'une et l'autre rivalisent de charme auprès de cet homme vieillissant, rongé par la maladie, cerveau agile mais homme pondéré et semble t-il, piètre amant.

Françoise avec amertume et tendresse à la fois exprime toutes ses déceptions, ses griefs et révèle ainsi à son époux que la femme lui reste obscure; Marie elle, tente vainement de supplanter dans l'esprit de son grand homme le cher disparu, l'irremplaçable Etienne de la Boétie, inspirateur du célèbre " parce que c'était lui, parce que c'était moi."

Ainsi il est dit que l'on ne rencontre pas deux fois l'âme soeur.

10:37 Publié dans THEATRE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.