Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2011

La petite mécanique

Editions de l'Echiquier 1996

 lapetitemecanique.jpg 

Le thème :  Rencontre fortuite et rapports amoureux ... 

 

Les échanges entre Trottie et Jérôme peuvent se justifier par la réplique suivante,

- " Quand on brûle dans la passion, on ne s'éteint pas dans le mariage " 


Or ce qui va se passer entre ces deux-là, ne saurait s'apparenter à un banal adultère. Sans doute que la part immense laissée au rêve sublimait  le tout ? 

Trottie est l'épouse de Louis qui est absent ou plus exactement, il est au café et tarde à rentrer. Son collègue et ami, Jérôme était venu lui rendre visite et tombe sur sa femme occupée à corriger les copies de ses élèves. Il va s'incruster, lui raconter un tas d'histoire sans presque se préoccuper de ce qu'elle fait et peu à peu le dialogue va s'engager. Le plus sûr moyen d'attirer l'attention d'une femme étant d'en évoquer une autre, c'est ce que Jérôme va faire ... En plus, celle qu'il évoque est une Marie-Trottoir mais il en existe une autre en réserve.  De quoi piquer la curiosité de la dame. 

Peu à peu, Trottie-Berthe va devenir Madeleine et très rapidement, Mad. 

Elle abandonnera ses copies et se voudra désirable mieux irrésistible et pour ne pas tromper Louis, Mad rebaptisera son époux Eugène et fera de lui un intellectuel qui passe sans transition du rêve à la réalité mais presque sans la voir. 


Jérôme deviendra Louis pour reprocher à Berthe ce qui l'agace quotidiennement, sa manie du ménage, celle de changer les meubles de place, les mille et un petits tracas de la vie quotidienne, ces flingueurs d'amour à bout portant ! 

Jérome le visiteur est différent, il parle comme un livre, chasse la solitude en peignant des aquarelles et enlèvera Trottie-Mad en taxi fantôme. Trottie va alors se dédoubler pour revenir au souvenir de Louis, à leur rencontre, à la première fois où ils se connurent dans le sens biblique du terme. Il pleuvait ce jour là, et une goutte de pluie s'était égarée dans ses yeux à lui. C'est un peu plus tard, qu'il s'est mis à faire les choses trop vite et elle, à le semer dans les grands magasins. Ne voulant pas être de reste, Jérôme va donc raconter comment les choses se sont passées entre Madeleine et lui et pour mieux voir, il fermera les yeux, ce qui vexera Trottie. Elle voudra alors bousculer toutes les autres femmes et ils pourront intensément faire l'amour à distance, les yeux dans les yeux., " de la chaleur dans le corps et un nuage dans la tête. "  

Le texte figure désormais dans un recueil " Théâtre des Mots pour deux " aux éditions Art et Comédie.

  

ENTRETIEN avec l' AUTEUR

 

S.A - Quel est le déclic qui vous a conduit à écrire cette pièce - la première jouée au théâtre à Paris en 1975 au Fanal, je crois ? ...

 

R.P  - J'étais en rêverie, dans le train, sans une pensée précise. J'ai eu soudain l'image d'une femme en robe de chambre, en train de corriger des cahiers. Et puis un homme en costume est entré dans cette image. Que pouvaient-ils se dire ? Alors mon imagination, après un long temps a lâché la bonde et le dialogue a coulé comme par miracle. Cette image d'une femme en robe de chambre était-elle un de mes fantasmes ? Peut-être  … Tout de suite j'ai décidé que le visiteur était un ami du mari de la dame. J'ai d'abord conçu le dialogue sans nommer les personnages. Une première mouture a été écrite en une semaine. Je l'ai donnée à lire à Bernadette Lange qui immédiatement a voulu la mettre en scène avec Rachel Boulenger et Gianni Corrieri. Mais la fin de la pièce ne m'a pas satisfait pendant très longtemps. Je cherchais une fin fermée et j'ai opté finalement avec l'accord de Bernadette pour une fin ouverte. La création a eu lieu au Fanal, rue St-Honoré que dirigeait Eddy Suffet. C'était une petite salle, une cave voutée, sorte de café-théâtre d'art et d'essai qui avait eu à son programme du Diderot, Obaldia et Anouilh. A l'occasion d'une représentation j'ai rencontré ce dernier et son épouse, Nicole. Ils ont été chaleureux et encourageants. Il y a eu cinquante représentations et deux très bons articles dans le Figaro et le Progrès de Lyon.

 

S.A -  A t'elle été reprise ? …

 

R.P - Oui, la première fois avec quelques ajouts en Avignon à l' Alibi avec Marie Ordinis et Manuel Gautier dans une mise en scène originale de Guy Cambreleng. Là encore, la presse a été excellente et la salle a été chaque fois remplie au moins au deux tiers. 

 

S.A - Que fait le personnage de Jérome dans la vie car ce n'est pas précisé dans la pièce ?

 

R.P - Si je peux répondre pour Trottie, elle est institutrice, c'est moins précis pour Jérome ... Je pense qu'il travaille dans un bureau avec le mari de Trottie. Mais connaître son statut social ne m'a jamais paru fondamental. 


14:54 Publié dans THEATRE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.